Lg-Verviers

Publié le 27-02-2014 | c. p.

ArcelorMittal : les accords sont signés

Le Gouvernement wallon, associé aux organisations syndicales et aux responsables d’ArcelorMittal, a signé ce jeudi la convention relative aux accords sociaux et industriels négociés suite à l’annonce par ArcelorMittal de la fermeture d’une partie des activités sidérurgiques du bassin liégeois. 

«Même si l’on a évité le pire, on ne peut évidemment pas dire que l’on est satisfait aujourd’hui, précise le Ministre de l’Economie, Jean-Claude Marcourt. Je suis attaché à l’industrie sidérurgique, je me suis battu pour qu’elle perdure, mais cela reste une restructuration tragique. Nous jetons les bases de la continuité et du développement des activités sidérurgiques et industrielles dans la région en apportant des moyens concrets, des solutions originales. J’ai voulu donner toutes les chances à un redéploiement industriel du bassin liégeois et à la sauvegarde de nos emplois. »

Certaines activités maintenues

La convention-cadre signée entre les parties sécurise juridiquement les pré-accords social et industriel engrangés précédemment.  Elle assure la pérennité de certaines activités menacées et le développement de nouveaux outils stratégiquesLe centre de recherches avancées est ainsi pérennisé avec un taux d’activités garanti par le groupe. Les lignes stratégiques sont maintenues avec un volume d’expédition maximum garanti et des investissements à hauteur de 140 millions. En outre,  l’accord prévoit la création d’un fond d’investissement de 50 millions public-privé dédié aux activités de redéploiement du bassin liégeois.

Développer une technologie à haute valeur ajoutée

La convention arrête également la création d’un Groupement d’employeurs qui permettra de conserver les compétences des travailleurs et leur mise à l’emploi au sein des entreprises du bassin liégeois.

Enfin, ArcelorMittal s’engage également à développer à Liège le JVD, une technologie à haute valeur ajoutée, unique au monde et qui permet  de vaporiser, sous vide,  du zinc sur l’acier.

Une série d’outils seront mis sous cocon dans l’espoir d’une relance ultérieure de la phase liquide.

De nombreux acteurs tels que le GRE, les outils financiers, les forces vives liégeoises sont chargées d’assurer l’accompagnement de ce procesus tout en accélérant la dynamique positive autour des applications technologiques qui participent à asseoir un écosystème acier performant dans le bassin liégeois. Et le Ministre d’ajouter : « Nous sommes face à un secteur en pleine mutation qui est loin d’avoir dit son dernier mot ». 


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑