Wallonie

Publié le 13-03-2014 | Céline Léonard

Takattak, le jeu légio-louviérois qui va doper votre esprit de répartie

Ça vous est déjà arrivé, à vous, de rester coi devant une remarque perfide ? De rêver de pouvoir la placer, du tac au tac, cette réplique qui tue, qui mettra l’adversaire KO debout ? Mais voilà : c’est comme dans tout, l’esprit de répartie, on l’a. Ou pas. La bonne nouvelle, quand on ne l’a pas, c’est que cela s’apprend. Et que cela s’entretient. Geneviève Smal qui, parmi ses nombreuses vies, anime des séminaires consacrés à l’ «Esprit de répartie» vient d’éditer un jeu baptisé «Takattak ». Résultat de 6 mois de travail acharné avec Sullivan Hismans.

 

Répondre du tac au tac

«Ça a démarré sur un coup de tête, raconte Geneviève Smal. Juste pour « soulager » quelques participants à mes formations qui restaient cois face aux commentaires désagréables et les aider à riposter rapidement. Peu à peu, j’ai mis en place une journée de séminaire appelée : « Esprit de répartie », dans laquelle je décortiquais les meilleurs traits d’esprit, et donnais des armes pour répondre du tac au tac. »

Personne n’aime être mis dans l’embarras. Parfois, juste un regard, un persiflage, une remarque déplacée peuvent ruiner votre journée si vous n’avez pas le bon mot pour répliquer. Il arrive souvent qu’on prenne quelques heures pour trouver « la » réponse qui va faire taire le moqueur. Difficile, alors, de revenir vers lui et de lui dire : « dis, la remarque que tu m’as faite hier sur mon poids/mes compétences/mon hobby/mon boulot… ben, j’en ai une bonne à te répondre, là ».

La répartie, c’est tout de suite, sinon on fait un flop

Et, plus la réplique est fine et emplie d’esprit, plus elle fera mouche. « Petit à petit, poursuit Geneviève, en formation, j’ai créé un jeu de cartes pour pouvoir accélérer le mouvement. Une fois les différentes manières de rétorquer acquises, il ne fallait plus que s’entraîner. J’avais des milliers de vannes en stock, il suffisait de sélectionner ».

Pour rendre l’entraînement plus convivial, Geneviève va créer un « prototype », un jeu de cartes en carton. « Avec ce support, le jeu faisait un malheur. Je me souviens de formations où les gens (qui ne se connaissaient pas avant de jouer) hurlaient les ripostes, couchés sur les tables, dans un grand éclat de rire. D’autres où tous les coups (bas) étaient permis. Il faut juste rester zen, savoir que ce n’est qu’un jeu et que la susceptibilité n’y a pas sa place. C’est un laboratoire, une plateforme d’entraînement. Pas une partie de règlement de comptes entre amis. »

Une version « pro »

Sans titre 2Comme les formations fonctionnaient vraiment, « je me suis dit qu’il fallait passer aux choses sérieuses et améliorer ma version de jeu. C’est à ce moment que j’ai rencontré Sullivan Hismans. Il a participé à une de mes formations. Ça a très vite accroché, même si, quand il m’a dit qu’il était dessinateur de BD, je ne l’ai pas cru. Je me suis dit « quel frimeur, celui-là. Et puis j’ai vu ses dessins. Et je me suis tue. Ça a collé et nous avons décidé de créer une version « pro » du jeu ‘‘Esprit de Répartie’’ ».

 

Si-Trouille Editions et « Tacleurs »

«Bien sûr, explique Geneviève, nous aurions pu faire appel à un éditeur, mais nous voulions vraiment développer « notre » produit. Nous avons donc créé « Si-Trouille Editions » qui, par la suite, se consacrera aux jeux, livres et applications sur la prise de parole en public, l’argumentation, la négociation, etc. »

Même pour la diffusion, l’imagination est au pouvoir chez Si-Trouille. « Nous avons constitué un réseau alternatif : celui des Tacleurs. Ce sont des amis qui ont répondu présent sur Facebook et qui vont avoir chez eux, quelques exemplaires de Takattak. Sur le site Takattak.com, il y a « les points de Tacle ». Vous en avez une trentaine en Belgique, en France et en Suisse. Il suffit de leur envoyer un mail et de convenir d’un rdv et vous pouvez aller chercher le jeu chez eux. Les règles du jeu supplémentaires, vous les trouverez sur ce même site ».

Dans la boîte, il y a la version « Chrono », sur le site les versions « Intello » et « Crescendo ». Vous pourrez y avoir accès et les télécharger, si vous envoyez une photo de vous en train de jouer à Takattak. La photo sera publiée sur le site.

 

Une version numérique

Une version numérique de Takattak va bientôt voir le jour. Pour s’amuser à répliquer en attendant le bus, sur son Smartphone. « Nous avons aussi en projet une version qui comporte une série de piques homophobes, sexistes et racistes. Comment réagir quand on vous traite de pédale ou pétasse ou qu’on vous demande de retourner dans votre pays ? Et puis, riposter, ça s’apprend tôt. Notre jeu pour les enfants entrainera les petits monstres à répondre dans les cours de récréation à « Nain de jardin » ou « tu ressembles à un crapaud avec tes lunettes ».


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑