Publié le 12-06-2014 | c. p.

Le premier « Baromètre des entreprises sociales en Belgique »

L‘Académie des entrepreneurs sociaux @HEC-ULg publie le premier Baromètre des entreprises sociales en Belgique. Cette publication dresse l’état des lieux du secteur, s’appuyant sur les données statistiques récoltées auprès de plus de 16.500 entreprises sociales en Belgique. Objectifs : renforcer la connaissance du secteur, diffuser le modèle comme une alternative viable et crédible à l’entreprise classique et suivre l’évolution de cet entrepreneuriat qui représente près de 12% de l’emploi salarié national.

Que représente l’entrepreneuriat social dans le paysage économique belge ? Combien d’employés concerne-t-il ? Comment fonctionnent les entreprises sociales en Belgique ? C’est pour dresser un état des lieux le plus précis possible, et jusqu’ici inexistant, que l’Académie des Entrepreneurs Sociaux @HEC-ULg a élaboré le Baromètre des entreprises sociales en Belgique.

Ce rapport rassemble, pour la première fois, des données collectées auprès de plus de 16.500 entreprises sociales en Belgique. Il est considéré comme un levier dans la nécessaire transition socio-économique et environnementale. « La crise économique et financière a mis en lumière les excès du système économique actuel. Face à ces dérèglements et à l’ampleur des défis sociaux, environnementaux et économiques auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés, les entreprises sociales apparaissent, aux yeux de certains, de plus en plus comme des alternatives crédibles pour remettre l’économie au service de l’Homme et de la société » expliquent Sybille Mertens, Professeur en Entrepreneuriat social à HEC-ULg, et Julie Rijpens, directrice de l’Académie des Entrepreneurs Sociaux, qui ont toutes deux mené la réalisation du Baromètre.

L’objectif du Baromètre, qui a pour vocation de faire l’objet d’une publication annuelle, est triple :
1. renforcer la connaissance des entreprises sociales dans le grand public ;
2. participer à l’effort de diffusion du modèle de l’entreprise sociale comme alternative
innovante et viable ;
3. suivre annuellement les grandes évolutions de ce secteur.

Quelques grands enseignements du Baromètre
Les experts du secteur pensent que…
– le rôle des entreprises sociales va se renforcer et elles investiront de nouveaux champs d’activités comme l’agroalimentaire (circuits courts), l’énergie ou encore l’industrie et le commerce ;
– les relations des entreprises sociales avec d’autres types d’opérateurs (pouvoirs publics et entreprises classiques) vont se renforcer. Plus de la moitié pensent que les entreprises sociales pourraient peu à peu se substituer aux pouvoirs publics dans la prestation de services d’intérêt général;
– face à la dégradation globale de leurs ressources d’origine publique, les ressources privées sont appelées à augmenter à l’avenir.

Les chiffres montrent que…
– les entreprises sociales représentent 11,6% de l’emploi salarié national (environ 362.000 équivalents temps plein) ;
– le taux de croissance en termes d’emplois et du nombre d’entreprises est supérieur à celui du reste de l’économie ;
– les entreprises sociales sont surtout présentes dans les secteurs de la santé et de l’action sociale ;
– le rapport hommes/femmes est inversé par rapport au secteur privé ;
– les entreprises sociales se différencient aussi sur le plan du temps de travail : la part des temps partiels (en postes de travail) y est nettement plus élevée.

Lien vers le Baromètre des entreprises sociales en Belgique (version en néerlandais disponible à la mi-juillet 2014) : www.academie-es.ulg.ac.be


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑