Lg-Verviers

Publié le 29-09-2014 | Céline Léonard

Phytesia: un million d’orchidées

Saviez-vous que toutes les orchidées ne sont pas d’origine tropicale ? Parallèlement aux variétés, destinées à être conservées à l’intérieur de nos habitations figurent ainsi des orchidées vivaces pouvant être cultivées dans nos jardins. Des plantes encore méconnues du grand public qui sont devenues la spécialité de Phytesia.

pascal lambe

Pascal Lambé, Administrateur

Spécialiste des plantes rares
Implantée à Tinlot, cette spin-off de l’Université de Liège a vu le jour en 2005. «De nombreuses plantes sont aujourd’hui inexploitées car il est impossible de les produire à grande échelle, explique Pascal Lambé, Administrateur. Phytesia est née avec la volonté de développer des techniques in vitro permettant la production en plus grand nombre de certaines plantes rares.»
Au fil des ans, guidée par la demande, l’activité de l’entreprise s’est exclusivement concentrée sur les orchidées. «Nous sommes la première entreprise à avoir mis au point des techniques de production propres aux orchidées vivaces. Un rôle pionnier qui nous vaut d’occuper la place de leader mondial dans ce domaine.»

Dehors par -30°C
Depuis son site niché au cœur du Condroz hutois, Phytesia a développé une gamme d’une cinquantaine d’orchidées. Des variétés (semi-)rustiques capables de supporter des froids très vigoureux (de -10°C à -30°C).  « Nos infrastructures affichent une capacité de production annuelle d’un million d’orchidées. Un potentiel que nous n’avons pas encore entièrement exploité puisque nos laboratoires abritent environ 600.000 jeunes plantes. Nous sommes donc prêts à accueillir une demande croissante.»

Un nouveau marché
Et la demande est là !  Si, dans un premiers temps, les orchidées de Phytesia se destinaient au seul secteur horticole, elles suscitent aujourd’hui l’intérêt d’autres acteurs. «Depuis 3 ans, nous recevons en effet des demandes émanant d’entreprises de cosmétique. Celles-ci sont à la recherche de sucres présents dans les bulbes d’orchidées apportant une texture particulière à certains gels. Cette nouvelle clientèle représente aujourd’hui près de 30% de notre chiffre d’affaires.»

orchydées 4Avenir florissant
A l’aube de son 10ème anniversaire, Phytesia envisage son avenir avec ambition.  «De grands défis s’offrent à nous, souligne Pascal Lambé. Bien que nous évoluions au sein d’un marché de niche, nous avons, tout d’abord, à cœur de conserver une longueur d’avance sur nos concurrents en proposant des produits originaux. Cela nécessite de maintenir nos efforts en matière de R&D pour améliorer nos techniques de production et créer de nouvelles variétés. Autre défi : faire sortir l’orchidée vivace de l’ombre. Comparativement à sa cousine tropicale qui s’écoule chaque année à 600 millions d’exemplaires, elle reste trop méconnue en dépit de ses qualités (adaptée aux conditions climatiques belges, facile d’entretien, esthétique,…) Enfin, nous voulons poursuivre notre essor dans le secteur cosmétique. Notons que d’autres secteurs sont également venus frapper à notre porte. Celui des boissons, notamment, car l’orchidée est utilisée comme aromatisant dans certains pays ». De quoi encore rêver à de multiples débouchés…


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑