Lg-Verviers

Publié le 07-10-2014 | c. p.

Une chambre froide à -55° en construction dans l’entreprise EDEL

Jan Beernd Rothfos, CEO du groupe allemand Cafea, et Jean-Claude Marcourt, vice-président et Ministre wallon de l’Economie, ont visité ce lundi à Grâce-Hollogne le chantier d’une nouvelle chambre froide descendant à -55° C.

 Cette installation d’une capacité de 4.405 tonnes par an (+ 15%) est en cours de réalisation au sein de l’entreprise EDEL (Européenne de Lyophilisation S.A.), la seule usine de lyophilisation de café du pays. «Cette nouvelle technologie permettra d’améliorer le process et la qualité de nos produits mais aussi les conditions de travail de notre personnel» s’est réjouiJan Beernd Rothfos, le CEO du groupe.Cette infrastructure, qui devrait être opérationnelle en avril 2015, dote également l’entreprise liégeoise de plus grandes capacités de production.

Le Ministre wallon Jean-Claude Marcourt tient à souligner l’importance de ce type d’investissement qui renforce l’assise industrielle de la Wallonie. «C’est tout le propos du Plan Marshall et de la politique des pôles de compétitivité. Au cœur de pratiques innovantes, cette technologie de pointe permettra à EDEL de continuer à croître en Wallonie en augmentant sa production tout en se positionnant à la pointe de son secteur.»

L’investissement de 12,5millionsd’euros, subsidié à hauteur de 8 % par la Région wallonne,intervient moins de deux ans après l’inauguration sur le même site d’une des plus grandes chaudières biomasse de Belgique, utilisant comme combustible du marc de café et des copeaux de bois.

EDEL est l’unique unité de production entièrement dédiée à la lyophilisation au sein du groupe familial Cafea, leader européen du café soluble dans les marques distributeurs. Basé à Hambourg et présent dans différents pays (Allemagne, Pologne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Russie et doncBelgique), Cafea a créé en 1981 son implantation liégeoise, devenue une des plus importantes d’Europe. Aujourd’hui, les 150 travailleurs de Grâce-Hollogne produisent environ 5.500 tonnes/an, soit 7,5 millions de tasses de café par jour!

Le processus de transformation des grains de café vert en granulés extra-légers lyophilisés se déroule en plusieurs étapes complexes (torréfaction, extraction, concentration, lyophilisation, etc.) dans une amplitude de températures oscillant entre –60°C et + 260°C.

La chambre froide actuelle, datant de 1978, sera donc remplacée par une toute nouvelle installation de –55°C dotée des meilleures technologies. «Cette infrastructure meilleure qualité et de lyophiliser un sorbet avec une concentration plus haute, précise Jan Beernd Rothfos, le CEO du groupe. Notre capacité de 16 tonnes par jour sera facilement extensible à 22 tonnes par jour. En outre, la meilleure ergonomie améliorera la qualité de travail des opérateurs, qui effectueront moins souvent des interventions dans la chambre froide.»

L’investissement comprend également la construction d’un hall à côté du bâtiment existant. «La production pourra donc se poursuivre jusqu’au moment de la connexion avec le tunnel, souligne explique le directeur actuel d’EDEL, Bert Heylen,. D’ici là, cette configuration autorise le test del’installation « off line » avant l’intégration dans le process actuel.»

Le projet réunit de nombreux partenaires, parmi lesquels des entreprises wallonnes. Outre l’engineering interne EDEL, la construction du bâtiment a été confiée à Serbi (Hermalle-sous-Argenteau / Verviers) pour le génie civil, à Boucha (Herstal) pour les constructions métalliques, à Schutz (Engis) pour les bardages et la toiture, à Evolusys (Amay) pour l’automatisation, alors qu’ Isocab Construct (Harelbeke) a réalisé l’isolationde la chambre froide. EDEL a confié le volet machines et bande de congélations aux sociétés allemandes Vibra Maschinenfabrik et Sandvik Process Systems.

La nouvelle chambre froide devrait être opérationnelle en avril prochain, complétant durablement les installations de l’entreprise. «EDEL, qui tourne déjà à 100 pc de ses capacités, est ainsi équipée pour affronter les défis futurs mais aussi pour renforcer sa position et consolider son ancrage industriel en Wallonie» conclut Bert Heylen.


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑