Publié le 02-12-2014 | c. p.

En Belgique la confiance des entrepreneurs recule

Les chefs d’entreprises belges ne sont pas tout à fait optimistes pour 2015. Le coût salarial demeure le plus grand défi pour les entreprises. En Wallonie, en particulier, la confiance des entreprises est difficile à trouver. D’ailleurs, le malaise est un phénomène européen. Ce sont les résultats d’une enquête annuelle menée par les Chambres de Commerce en Belgique auprès de leurs membres.

Par rapport à l’année passée, la confiance des chefs d’entreprises a chuté d’environ 20 %. Seulement un tiers des sondés se dit positif pour l’avenir contre un bon 45 % de l’an dernier ; tandis que le nombre de réponses négatives a augmenté de 17,5 % à 23,7 %. A la question sur ce qu’ils considèrent comme les plus grandes préoccupations, la réponse est claire: le coût salarial. L’évolution de la demande intérieure et la politique économique générale suivent à distance. Les chiffres le confirment: les sociétés sont en effet plus positives à propos des débouchés à l’exportation que par rapport aux opportunités de commercialisation sur le marché domestique. Au sujet de la politique de recrutement, la situation est plutôt stable. Plus de la moitié des sociétés affirment que la main‐d’œuvre actuelle sera maintenue et une moyenne de 11,5 % envisage des nouvelles embauches ; alors que l’année passée, ce chiffre s’élevait à 13,1 %. Nous retrouvons une situation similaire pour les investissements programmés avec un chiffre pondéré en baisse de 16,2 % à 12,5 %.

Une comparaison entre les trois régions nous apprend que les chefs d’entreprises en Wallonie sont moins optimistes dans tous les domaines que leurs collègues en Flandre et en région bruxelloise. Dans les entreprises wallonnes, la confiance générale a chuté au‐dessous de zéro. Les entreprises bruxelloises sont les plus optimistes, en particulier concernant le développement de la demande intérieure et de l’export.

Les résultats de la Belgique s’alignent à ceux du reste de l’Europe, comme en témoigne une enquête menée en même temps par les Chambres de Commerce dans 24 autres pays européens dans le cadre de la European Economic Survey 2015 par EUROCHAMBRES. Il semble que le Portugal et l’Espagne rampent rapidement hors de la crise ; les entrepreneurs de ces pays savent apprécier les règles réformatrices. Les chefs d’entreprises autrichiens sont les plus pessimistes. En Allemagne, la confiance a été fortement refroidie suite à l’inflation extrêmement basse et aux tensions avec la Russie.

page1image21760

842 entreprises belges ont répondu à l’enquête.


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑