Publié le 06-04-2015 | c. p.

Cefaly teste une application de sa technologie dans le cas du coma

Cefaly Technology est une société liégeoise qui a mis au point en 2009 le tout premier appareil de neurostimulation crânienne externe au monde pour le traitement et la prévention des migraines. Ce vendredi 3 avril, la société wallonne a présenté ses résultats 2014 et dévoilé ses projets pour 2015 et 2016.

Fort d’une reconnaissance scientifique internationale en janvier 2014 ainsi que de l’approbation octroyée par la très stricte FDA américaine de son dispositif de traitement et de prévention des migraines en mars 2014, Pierre Rigaux, CEO et fondateur de Cefaly Technology, a témoigné de la bonne santé de sa société en soulignant d’emblée que l’année 2014 avait bel et bien confirmé le tournant pris en 2013. Présente aujourd’hui dans plus d’une trentaine de pays au monde (les derniers en date étant la Corée, l’Iran, le Paraguay et les Philippines), la société a en effet réalisé un chiffre d’affaires en 2014 de 4,9M€, soit une progression de 96% par rapport à 2013 et de plus de 125% par rapport à l’année 2012. « Nous avons affiché une croissance très rapide en 2014, une croissance qui se confirme en ce début 2015 puisque par rapport au 1er trimestre de l’année dernière, les ventes montrent de nouveau une progression significative de quelque 126 %. Tout cela est de très bon augure et nous réjouit. »

Un très bon signe conforté également par un bénéfice avant impôt en croissance lui aussi de 128%. « Notre EBITDA en 2014 est de 1,36 M€.  Mais ces résultats positifs ne doivent pas nous faire perdre la tête; depuis le début, nous avons toujours voulu croître de manière mesurée, et essentiellement sur base de nos fonds propres, en ayant toujours pour principe d’assurer scrupuleusement notre autonomie financière (à titre d’exemple, en 2013, notre ratio entre capitaux propres et bilan était de 57% ;  en 2014, il est de 64 %)  et de veiller tout aussi attentivement, à notre capacité de remboursement. Cette stratégie de croissance est d’autant plus d’actualité que notre croissance est pour le moment ultra-rapide ; en éviter les effets pervers et rester maître de notre destinée sont donc à cet égard deux préoccupations permanentes. »

Durant le premier semestre de cette année 2014, la société liégeoise a ouvert une filiale aux USA, « ce qui a constitué une étape importante dans le développement et la stabilisation du marché américain. », a ajouté  Pierre Rigaux tout en rappelant que les USA constituaient pour Cefaly en effet  le 1er marché à l’export : « Nous y vendons déjà, uniquement par Internet, une moyenne de 1000 appareils par mois et grâce à nos brevets, nous y occupons actuellement une position de quasi-monopole. ».

Elue Entreprise prometteuse de l’Année en 2014 par EY, la société a fêté ses dix ans en novembre dernier. Elle compte aujourd’hui une vingtaine d’employés sans compter les chercheurs qui travaillent sur des projets auxquels la société liégeoise contribue au financement.

En termes de Recherche et le Développement, Cefaly Technology investira quelque 20% de son chiffre d’affaires dans de nouveaux projets en 2015. La société a, d’une part,  débuté deux études cliniques aux Etats-Unis avec les universités de Denver (Colorado) et de Columbia (New-York), deux études dont l’objectif est d’élargir le champ d’application thérapeutique de son dispositif actuel et partant de consolider et étendre son marché  aux USA. Et d’autre part, elle a tout récemment lancé, en partenariat avec le Professeur Steven Laureys de l’Université de Liège, Spécialiste mondial des états de conscience altérée, une nouvelle recherche sur une application de la technologie de Cefaly dans le cas du coma chez l’adulte, (voire chez l’enfant où une étude de faisabilité sera réalisée avec le soutien de la Région wallonne). Les premiers résultats prometteurs ont été présentés par le Professeur Steven Laureys. Pierre Rigaux a conclu ce Bilan et Perspectives en présentant le projet architectural de la future implantation de la société dans le Parc scientifique de Liège au Sart-Tilman ; une implantation prévue dans le courant de l’année 2017. « Ce nouveau site d’exploitation nous permettra d’accueillir une équipe qui grandit (nous prévoyons de passer à 30-35 personnes d’ici là !) et d’assurer au mieux nos développements futurs », a-t-il ajouté en fin de présentation.


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑