Publié le 06-02-2014 | c. p.

L’ULg conclut le plus grand accord d’échange de doctorants signé par la Chine dans le secteur des sciences agronomiques

Lors de leur récente mission en Chine, le recteur Bernard Rentier et le vice-recteur Eric Haubruge (Gembloux Agro-Bio Tech, ULg) ont finalisé à Pékin, le 27 janvier 2014, un accord de partenariat avec la Chinese Academy of Agricultural Science (CAAS). Il s’agit du plus grand accord d’échange de chercheurs doctorants signé par la Chine dans le secteur des sciences agronomiques. En effet, cet accord organise les échanges de 100 doctorants au total pour les quatre prochaines années, 80 du côté chinois et 20 du côté belge.

Pour l’ULg, cet accord s’intègre à son projet Agriculture Is Life, plateforme de recherches développée sur son Campus de Gembloux Agro-Bio Tech qui a pour objectif de concevoir les concepts et les technologies de « l’agriculture du futur ». Les domaines concernés sont en relation avec la production agricole au sens large : sciences agronomiques, sciences vétérinaires et biotechnologies. Outre Gembloux Agro-Bio Tech, le projet implique donc également deux autres facultés de l’ULg, celles de Sciences et de Médecine vétérinaire.

A ce jour, la CAAS a déjà sélectionné les 21 premiers doctorants chinois qui entameront au cours des prochains mois un séjour de formation doctorale d’un an à l’ULg. Du côté de l’ULg, 16 chercheurs feront bientôt le trajet inverse pour poursuivre pendant un an leur formation doctorale à la CAAS. Selon cet accord, l’année de formation doctorale à l’étranger est à la charge de l’institution hôte.

Les relations entre la CAAS et Gembloux Agro-Bio Tech remontent à 2009 avec un projet de formation de doctorants chinois mené sous l’égide de la Coopération Universitaire belge (CUD). Le succès de ce projet (5 doctorants chinois diplômés à l’origine de 60 publications dans des revues internationales) a incité les responsables académiques de l’ULg à intensifier la collaboration et à l’élargir à d’autres facultés. C’est ainsi que les bases de cet accord ont été jetées lors de la mission économique princière d’octobre 2011. Du côté chinois, la CAAS a reçu le soutien officiel du ministère de l’Education pour porter son effort de formation doctorale de 20 à 80 chercheurs pour les quatre prochaines années. Ces chercheurs sont tous concernés par l’accord avec l’ULg et effectueront donc un séjour de recherches au sein d’un laboratoire de l’ULg dans l’une des trois facultés concernées.

Photo  : Bernard Rentier, recteur de l’ULg, et Wu Kongmin, vice-président de la CAAS, à Pékin, le 27 janvier 2014.


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑