Publié le 18-04-2014 | Jacqueline Remits

Artialis : diagnostiquer l’arthrose de manière précoce

·         Fondée en 2010, Artialis est spécialisée dans le développement et les applications cliniques de biomarqueurs de diagnostic et de pronostic des maladies des articulations

·         Le chiffre d’affaires de 1 million d’euros en 2013, dont 80 % réalisés à l’exportation, devrait être doublé en 2014

·         Un nouveau produit de diagnostic de l’arthrose en routine est en cours de développement

Avec l’allongement de la durée de vie, l’arthrose, maladie des articulations, a de beaux jours devant elle. 15 % de la population mondiale souffre de cette maladie. En Europe, l’ostéoarthrite touche près de 40 millions de personnes. En Belgique, environ 1 million de personnes sont atteintes par l’arthrose, un nombre qui augmente de 30 % par décennie. Un diagnostic et des thérapies efficaces devraient permettre de soulager les malades. Ce à quoi s’emploie la société Artialis.

Diagnostic précoce
Cette spin-off de l’Université de Liège, fondée en 2010, est spécialisée dans le développement et les applications cliniques des biomarqueurs de diagnostic et de pronostic des maladies des articulations telles que l’arthrose et la polyarthrite. Elle développe et commercialise des tests de dépistage de l’arthrose par une simple prise de sang ou un prélèvement d’urine. Ce concept est le résultat de plusieurs années de recherche menées par l’équipe du Professeur Yves Henrotin, directeur de l’Unité de recherche  sur l’os et le cartilage (UROC) de l’ULg et chef du service de kinésithérapie et réadaptation fonctionnelle de l’Hôpital Princesse Paola de Marche-en-Famenne.

En tant que CRO (Contrat Research Organization) spécialisée, Artialis propose la conception et la gestion d’essais cliniques sur-mesure visant à développer des thérapies plus efficaces pour soulager les douleurs articulaires. «Le diagnostic classique est basé sur un examen et une radiographie, développe Houtaï Choumane, directeur général. Mais lorsque les signes sont visibles, les lésions du cartilage sont déjà irréversibles. Il est donc intéressant de diagnostiquer la maladie avant l’apparition de ces signes.»  Des avancées significatives ont été réalisées ces dernières années dans la compréhension des mécanismes physiopathologiques de l’arthrose. L’une des voies explorées par la société Artialis réside dans l’identification de nouveaux marqueurs, des protéines dosées dans le sang et les urines. «Nous avons mis au point une série de marqueurs biochimiques innovants brevetés pour la détection précoce de l’arthrose avant l’apparition de signes radiologiques. L’avantage majeur de ces biomarqueurs est qu’ils peuvent être directement mesurés. Ils permettent le diagnostic, le pronostic et l’évaluation de l’efficacité de certains médicaments. Nous proposons nos essais cliniques aux firmes pharmaceutiques qui développent des médicaments contre l’arthrose pour les aider à accélérer leurs recherches cliniques.»

Forte croissance
Actuellement, Artialis a le vent en poupe et réfléchit à son développement futur. La société compte aujourd’hui une quinzaine de personnes. «Nous avons vécu une forte croissance avec un chiffre d’affaires de 1 million d’euros en 2013, souligne Houtaï Choumane. Nous vendons nos kits essentiellement à l’exportation qui représente 80 % de notre chiffre d’affaires. Nous avons engagé une dizaine de personnes. Nous venons d’aménager 600 m², toujours dans la Tour Giga, au lieu des 200 m² de départ. Nous sommes en bonne voie pour atteindre les 2 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année 2014, ainsi que l’équilibre financier. Nous sommes train de développer un produit qui sera proposé aux laboratoires d’analyses, un test sanguin qui permettrait aux rhumatologues de suivre l’état de l’évolution de l’arthrose. Nous espérons sortir une version pilote cette année.» A terme, Artialis ambitionne de devenir un leader du marché de la santé articulaire.

 


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑