Publié le 18-04-2014 | Alain Braibant

Audrey-BioBeauty: un parfum de “success story”

  • 30 années d’existence dans le monde de la beauté
  • 4 sites (Chênée, Boncelles, Fléron, Spa) et 27 collaboratrices
  • L’ouverture d’un magasin franchisé prévue pour cet été


enseigne audrey 10x5cmCela fait plus de 30 ans qu’Audrey-BioBeauty prend en charge la beauté des Liégeoises ! En 1980, après une formation à Paris, Christine Marquet ouvre un premier établissement à Chênée, une « parfumerie sélective » comprenant un magasin, un institut de beauté de haut niveau et un solarium.  Le démarrage ne fut pas fulgurant et il fallut attendre 1987 pour que l’entreprise prenne enfin un véritable essor avec, en 1990, un premier agrandissement du bâtiment initial. Mais dans le monde des affaires, la concurrence est souvent là, menaçante…

 

L’ombre de Belle-Ile

En 1995, le complexe commercial de Belle-Ile ouvre ses portes à 2 kilomètres de distance. S’y installer ou pas, telle fut la question… Finalement, Christine Marquet décide de rester fidèle au pont de Chênée mais après un démarrage laborieux, Belle-Ile trouve sa vitesse de croisière et le chiffre d’affaires d’Audrey s’en ressent. Mais la patronne décide de se retrousser les manches. « Une opportunité s’est  présentée d’ouvrir un second magasin, à Fléron, dont l’activité commerciale était en plein développement, avec en point de mire la clientèle d’une grande partie  du Pays de Herve. Cinq ans ont été nécessaires pour « digérer » l’investissement mais à partir de l’an 2000, la société a pu enfin vivre dans une certaine prospérité. »

 

Le plus petit des grands, le plus grand des petits

Il est vrai que Christine Marquet ne s’est pas contentée d’acquérir un second magasin, elle a aussi étendu et amélioré ses activités. « A côté de la vente des parfums, nous avons développé les soins selon les techniques les plus modernes, avec un équipement haut de gamme : pédicurie-spa, soins du visage et des ongles, épilation définitive, amincissement et bronzage sans UV. » Cela fait dire à la propriétaire «qu’Audrey est aujourd’hui le plus petit des grands ou le plus grand des petits dans son secteur. » Dame ! Les concurrents d’Audrey s’appellent Paris XL ou Planète Parfums ! Heureusement, Audrey a eu la sagesse d’intégrer, tout en gardant sa totale autonomie, le groupe Beauty Parfumerie et de bénéficier ainsi de conditions avantageuses pour l’achat de produits et de matériel.

 

Avancer pour ne pas reculer

 «Qui n’avance pas recule ». Christine Marquet décide  de poursuivre sa marche en avant avec la reprise d’un magasin à Boncelles en 2007, l’ouverture d’un quatrième établissement, à Spa, en 2009, et un nouvel agrandissement à Chênée en 2012. La société a le vent en poupe !

Aujourd’hui, sur les 4 sites de Chênée, Boncelles, Fléron et Spa, Audrey-BioBeauty dispose de trente-cinq cabines de soins – sans compter les solariums – et emploie 27 esthéticiennes. Dix mille clients dépensant au moins 50€ par an sont fidèles aux 4 enseignes et plus de 33.000 personnes sont répertoriées dans le fichier d’adresses de la société. En 2013, le chiffre d’affaires s’est élevé à 2,5 millions €.

 

Les bienfaits de l’intelligence stratégique

Chez Audrey, on ne baisse pas la garde et on reste vigilant. On est, notamment, très sensible à l’intelligence stratégique, un concept que les économistes mettent de plus en plus en avant. « Cela nous a rendus attentifs à la veille sur internet et à la nécessité d’y avoir une plus grande visibilité. Cela nous a aussi sensibilisés à l’utilité de la prévention et de la sécurisation de nos systèmes informatiques. Nous avons aussi répertorié et « protocolé » nos activités par processus. Nous avons modernisé notre site web, développé l’e-shop et notre présence sur facebook. Grâce à l’initiative des « groupements d’employeurs » mise en place par la Chambre de  Commerce, nous avons pu engager un technicien IT (internet et télécommunication, NDLR) part time que nous partageons avec d’autres sociétés. » 

 

Audrey, c’est finalement l’histoire d’un développement progressif et réussi. Un processus qui devrait se poursuivre : l’ouverture d’un magasin franchisé est prévue pour cet été.

 

 


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑