Publié le 25-09-2014 | c. p.

AMOS à la conquête de l’Empire du Milieu

En quelques mois, la PME liégeoise AMOS a signé ses trois premiers contrats en Chine, pour un montant dépassant les 6 millions d’Euros.

Ces trois projets, destinés à l’industrie spatiale et l’astronomie professionnelle chinoises, représentent quelque 36 000 heures de travail (soit 10 personnes occupées à plein temps pendant 2 ans) pour AMOS et plus d’un million d’euros de retombées pour ses sous-traitants locaux.

La très respectée « China Academy of Space Technology » de Pékin recevra ainsi, d’ici fin 2015, 148 miroirs hexagonaux en aluminium de 70 cm. Ces miroirs, entièrement fabriqués dans les laboratoires du Sart Tilman, formeront deux grands collimateurs de 6 et 2 mètres de diamètre qui auront pour but de recréer le rayonnement solaire dans un simulateur d’ambiance spatiale. Grâce à celui-ci, les ingénieurs chinois simuleront au sol les conditions environnementales (vide, température et éclairement solaire) que leurs satellites rencontreront lors de leurs vols spatiaux.

Par ailleurs, à 1000 km au Nord de Pékin, à Changchun, le CIOMP (Changchun Institute of Optics, Fine Mechanics and Physics), un des plus gros instituts de recherche chinois avec ses 600 professeurs et ses 2500 collaborateurs, a quant à lui fait appel au savoir- faire liégeois pour la réalisation de deux nouveaux équipements, donnant lieu à autant de contrats :

  • d’une part, la fabrication d’un miroir de 2 mètres de diamètre et sa cellule de supportage pour un télescope terrestre d’astronomie ;
  • d’autre part, la conception et la fabrication d’un collimateur de 2,5 mètres de diamètre destiné à tester en laboratoire des miroirs et combinaisons optiques de télescopes.

Ces trois premiers contrats sur le marché chinois en appelleront probablement de nombreux autres, tant les marchés chinois de l’aérospatial et de l’astronomie sont gigantesques et prometteurs…


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑