Publié le 16-12-2014 | c. p.

Ardennes-Etape : trois femmes et une PME

Avec un top management essentiellement féminin, aux oubliettes les vieux stéréotypes ! Chez Ardennes-Etape, pas de distinctions de genre. Compétences et expertises sont et resteront les maîtres-mots de l’entreprise. Focus sur une PME et trois de ses « drôles de dames ».

Patricia Acunzo, Pati de son surnom, a cofondé Ardennes-Etape en 2001 avec André Offermans. D’abord responsable du département propriétaires, elle est aujourd’hui directrice des opérations.  Une vraie fierté pour cette quarantenaire, maman de trois enfants.

Aujourd’hui, si les choses évoluent et que les papas sont de plus en plus disponibles, les mamans doivent souvent gérer deux journées en une. Heureusement, chez Ardennes-Etape, la distinction des genres n’existe pas“,  commence Patricia. L’inhabituelle harmonie qui règne dans cette entreprise composée au 2/3 de femmes est effectivement frappante. Ambiance bon-enfant, travail en équipe, interdisciplinarité, mixité socio-culturelle,… “On a fondé l’entreprise à deux, un homme, une femme, l’égalité est inscrite dans nos gènes“, insiste Patricia, le sourire aux lèvres.

Philosophie d’entreprise
Assise devant son ordinateur, juste à côté de Patricia, Virginie Willems, responsable financier chez Ardennes-Etape. Cette ingénieure commerciale de 35 ans fut respectivement contrôleur de gestion et analyste financier avant d’être engagée chez Ardennes-Etape début janvier 2014.

Je ne me sens ni femme ni homme, je suis une personne qui travaille et qui n’a aucun complexe.Etre une femme manager, c’est être un manager, point“. Une situation que Virginie explique par les valeurs éthiques de l’entreprise. “Chez mon précédent employeur, je travaillais également avec une majorité de femmes mais un vrai climat de jalousie régnait entre nous car des avantages différents nous étaient accordés en fonction de notre statut familial. Une femme avec enfants pouvait choisir ses dates de congé en priorité, venait ensuite celle qui était en couple et enfin, la célibataire prenait les restes“. Une situation qui entraine un sentiment de discrimination et de facto alimente le vieux stéréotype du crêpage de chignon. « Chez Ardennes-Etape, ce type de fonctionnement est exclu, chacun, quel que soit son sexe, son âge, sa situation familiale, jouit des mêmes droits ».

Anne Counet,  33 ans, manager de Business-Etape, la filiale business d’Ardennes-Etape, explique l’égalité par le management participatif mis en place. Elle se souvient : “Un jour, Monsieur Offermans [CEO d’Ardennes-Etape] a dit quelque chose que je n’oublierai jamais. Il disait vouloir s’entourer de personnes qui auraient une fonction de support à la décision. Chacun, avec ses casquettes et sa vision différentes est partie prenante du processus décisionnel. Il s’agit là d’un management participatif et non dictatorial”.

Gestion du personnel : expertise !

Ardennes-Etape pratique une gestion du personnel assez particulière et profondément moderne. Chacun, qu’il soit assistant ou manager est considéré comme expert dans son domaine. De ce fait, il est autorisé à prendre des décisions qui correspondent à son niveau d’expertise. Il n’est pas nécessaire de remonter vers la direction pour agir.Responsabiliser son personnel tout en étant toujours disponible pour d’éventuelles interrogations : une vision qui permet d’éviter jeux d’influences et autres discriminations. “Avant d’être engagée chez Ardennes-Etape, ma liberté d’action était réduite. Aujourd’hui, j’ai quartiers-libres, j’organise mon travail comme je le souhaite. C’est très valorisant“, affirme Virginie. Anne ajoute : “Avant, je travaillais pour un grossiste en boissons. C’était un milieu très masculin et j’étais un peu la femme dans un milieu d’hommes. Je me sentais moins valorisée et c’était parfois difficile de se voir accorder du crédit. Chez Ardennes-Etape, c’est tout l’inverse, chacun est valorisé pour ses compétences et son expertise, ça s’arrête là !“.

Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des opportunités d’avancer“, lance Patricia. “Une croyance commune veut qu’une maman avec enfants ne puisse pas forcément devenir experte dans son travail. C’est en fait tout l’inverse !“. Aspects humains, qualités organisationnelles, capacité d’écoute, être orienté solution,…”Ce sont des compétences que j’ai développées grâce à mes enfants et à leur éducation, je mène des projets chez Ardennes-Etape comme je mène le projet d’éducation de mes enfants“.

Bonnes résolutions 2015

Anne ironise : “Je dois être disponible 24h sur 24 pour mes clients, même pendant les fêtes. Une fois, j’ai dû amener du sucre à une équipe business en urgence au petit matin, je m’organise voilà tout !”. En effet, si toutes s’accordent quelques jours de congé pour les fêtes, elles doivent rester disponibles pour les membres du personnel qui se relayent afin d’assurer la continuité des activités de l’entreprise. Patricia voudrait pouvoir se libérer davantage l’esprit lorsqu’elle n’est pas au travail : “Pour 2015, je voudrais m’octroyer plus de temps-libre, essayer de trouver un meilleur équilibre entre ma vie privée et mon engagement professionnel“. “Mes bonnes résolutions pour 2015 ? C’est que tout ça continue !!!“, conclut Virginie.


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑