Publié le 03-03-2015 | Céline Léonard

Hobeco : quand l’intuition mène au succès

Hobeco : une entreprise liégeoise qui fait parler d’elle ! Active dans le secteur de la construction, elle compte dans son escarcelle de nombreux projets immobiliers d’envergure : des immeubles à appartements, des maisons résidentielles mais aussi des centres d’affaires basse énergie réunissant bureaux et entrepôts sur un même site. Rencontre avec son CEO, Tony Di Prima.

Rien ne prédisposait Tony Di Prima à se retrouver un jour à la tête d’un groupe de 70 collaborateurs. «J’ai débuté ma carrière, voici une trentaine d’années, en tant qu’électricien. Évoluant en permanence auprès d’acteurs de la construction, j’ai pris goût à la volonté d’entreprendre !»

Un secteur trop concurrentiel

À ses débuts, l’entreprise se concentre sur la délivrance de maisons clé sur porte. Au bout de quelques années, pour tirer son épingle du jeu, elle décide de changer de cap et se tourne vers la promotion immobilière. «Plutôt que de construire des biens sur les terrains de nos clients, nous avons décidé d’acquérir des terrains, de les diviser en lots, d’y construire des maisons ou appartements et de les vendre à la pièce en gros-œuvre fermé, laissant place à des finitions personnalisées. » Le concept trouve rapidement son public : «Par ce biais, il n’y a pas de surprise tant au niveau du résultat final que des délais de livraison. Pour entretenir ces liens de confiance avec le client, nous avons, également, développé un système de garantie bancaire de 100% où le paiement ne se fait qu’au moment de la remise des clés.»

Un business park plébiscité

OFFICE PARK ALLEURAvec plus de 300 biens en région wallonne, la vente de biens aux particuliers est devenue le métier central d’Hobeco. Pourtant, la firme s’est récemment illustrée dans un autre secteur : la construction du plus important centre d’affaires basse énergie de Wallonie ! «Une proposition de terrain m’a été faite sur la commune de Loncin : un bel emplacement idéalement situé à proximité d’un vaste réseau autoroutier.» Ni une, ni deux. Suivant son intuition, notre entrepreneur décide de l’acquérir. «Il ne m’’a fallu que quelques secondes pour prendre ma décision.» Aujourd’hui, trône sur ce terrain l’Office Park d’Alleur. Nous y retrouvons des sociétés de renom, tel que CMI, Deloitte, NDC, sans parler des investisseurs financiers tels que l’Intégrale. Ce complexe de 20.000 m² (bureaux/entrepôts) affiche complet depuis plusieurs mois, mais le site est appelé à s’agrandir puisqu’une extension de 4.400 m² sera sous peu réalisée.

Cap sur Namur !

Green Park Jambes2Forte du succès engrangé en région liégeoise et désireux de reproduire son empreinte écologique, Hobeco œuvre désormais sur un chantier du même acabit en région namuroise : le Green Park de Jambes. « A nouveau, on m’a proposé un terrain et j’ai eu la bonne intuition.» Composé de 3 bâtiments de 3.000 m² chacun, ce centre d’affaires jouant la carte de la performance énergétique réunira lui aussi de grandes surfaces de bureaux. Ce site pourra à son tour abriter des entreprises, et ce dès cette année 2015. «J’ai mené ces deux projets ‟à blancˮ. En d’autres termes, nous les avons construits sans avoir encore le nom de notre premier locataire. Un pari que nous avons remporté à Alleur. Je ne doute pas qu’il en ira de même à Namur où nous sommes les seuls, en ce moment, à ériger un centre d’affaires offrant des bureaux à louer mais aussi des bureaux partagés proposant des services communs.». Un projet d’un investissement de 22 millions d’euros.

Au moment de conclure, Tony Di Prima nous livre sa vision et ses souhaits pour l’avenir : « Je voudrais, tout d’abord, que les autorités publiques nous octroient, à mes confrères et moi, plus de facilités dans l’obtention des permis. Parfois plusieurs années d’attente, c’est trop long. Je crois, ensuite,  que le secteur va évoluer vers les habitats groupés mais où chacun conservera son chez soi. Le Belge n’est en effet pas prêt à partager son espace de vie. La population étant vieillissante, je pense aussi que les demandes d’appartements vont augmenter. Je crois, enfin, que ce type de biens apparaitra de plus en plus comme un placement sûr aux yeux de la population. A ce jour, 40% des appartements que nous vendons sont ainsi acquis par des investisseurs.»


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑