Publié le 01-04-2015 | Jacqueline Remits

Vous reprendrez bien un peu de vers de farine ?

Issue de l’unité d’entomologie de Gembloux Agro-Bio Tech de l’ULg, la spin-off Entomofood a vu le jour en ce début d’année 2015. Première unité de production d’insectes en Belgique, elle produira 50 tonnes par an de vers de farine et de grillons valorisés pour l’alimentation humaine.

vers de farineEtes-vous prêts à manger des insectes ? « Selon notre étude, deux-tiers des personnes à qui nous avons proposé de manger des insectes l’ont fait », commence le professeur Frédéric Francis, responsable de l’unité d’entomologie de Gembloux Agro-Bio Tech de l’ULg. Créée voici plusieurs dizaines d’années, l’unité d’entomologie avait au départ pour mission de mener des recherches sur des insectes ravageurs de denrées de céréales stockées. Puis, nous avons développé des collaborations internationales, notamment au Congo, en Chine et au Vietnam. Lors de ces missions, nous mangions souvent des insectes. Ainsi, nous nous sommes rendu compte que certains d’entre eux, que nous étudiions comme ravageurs, étaient comestibles et pouvaient constituer une ressource alimentaire alternative. »

Dégustateurs d’insectes

Depuis une quinzaine d’années, dans le cadre de festivals de l’insecte et dans un souci de sensibilisation, l’unité d’entomologie de Gembloux organise des séances de dégustation. « Nous y accueillons plusieurs centaines de personnes attirées par la découverte. Si certaines les avalent en entier, d’autres sont plus réservées. » Pour plaire aux consommateurs, ces insectes devaient-ils être présentés en entier ou broyés ? « Nous avons développé des recherches multidisciplinaires et réalisé du cracking (fractionnement). On sépare les protéines, les lipides, afin de les utiliser dans diverses applications. Nous travaillons en collaboration avec l’unité de science des aliments et formulation de Gembloux, ainsi qu’avec nos partenaires à l’étranger. Nous réalisons aussi la promotion des insectes comme alternative alimentaire. Ces deux dernières années, les mentalités ont bien évolué en ce sens. Nous sensibilisons aussi les pouvoirs publics susceptibles de financer les recherches. »

Frédéric Francis

Frédéric Francis, responsable de l’unité d’entomologie de Gembloux Agro-Bio Tech (ULg)

Voici deux ans et demi, l’unité d’entomologie de Gembloux dépose un projet de recherche à la Région wallonne dans le cadre de l’aide First Spin-off. « L’objectif était de finaliser une recherche universitaire pour, in fine, pouvoir développer une société de production d’insectes à grande échelle. Un chercheur a été engagé avec, pour mission, de réaliser le passage de la recherche vers le développement industriel. Nous avons développé une maîtrise de la production d’insectes, en particulier le vers de farine et le grillon. »

 50 tonnes par an

En phase de finalisation, la spin-off Entomofood  a vu le jour début 2015 « La société produira 50 tonnes d’insectes par an, des vers de farine et des grillons. Elle sera installée en province de Namur ou de Liège pour rester proche des sites universitaires. Les insectes seront élevés sur plusieurs étages, dans des cages d’élevage pour les grillons et des bacs superposés d’un demi-mètre cube pour les vers de farine. Cette première unité est financée à hauteur de 1 million d’euros par un investisseur privé. » Au départ, elle était destinée à produire des insectes pour l’alimentation animale. Mais en décembre 2013, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a autorisé la commercialisation, pour l’alimentation humaine, de 10 espèces d’insectes dont des vers de farine et des grillons. « Ces espèces ont divers avantages, elles peuvent être élevées en grandes quantités et être nourries avec des résidus de l’agroalimentaire. Ces insectes seront valorisés entiers, séchés et en poudre, susceptibles d’être utilisés dans des formulations alimentaires, ou encore sous forme de brisures. » La grande distribution se montre intéressée. « Notre objectif est de produire ces vers de farine et ces grillons valorisés pour les distribuer en Wallonie d’abord, puis en Belgique, dans la philosophie du circuit court et du développement durable », conclut Frédéric Francis. Encore quelques mois de patience et vous pourrez mettre au menu grillons frits et boulettes aux vers de farine.


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑