Publié le 27-05-2015 | c. p.

ESIA : une start-up liégeoise spécialisée dans le secteur de la supervision

800px-paradisio_genFondée en 2011 par Nicolas Biersart et Daniel Etienne, la société ESIA couvre une multitude de secteurs au travers de ses applications. On la retrouve ainsi à Pairi Daiza où ses solutions permettent une surveillance des enclos animaliers mais aussi en milieu hospitalier où elles sont connectées aux appareils cardiovasculaires. «De façon globale ESIA interroge et centralise l’état de santé de tout matériel connecté au réseau informatique. Sur une imprimante,  par exemple, ESIA vous donne le niveau d’encre de chaque toner, vous dit si un capot est ouvert, s’il y a un bourrage papier, quelle que soit la distance qui vous sépare de l’imprimante. »

Le but de cette société était à l’origine de développer une solution de surveillance réseau essentiellement axée sur le matériel informatique. Quatre ans plus tard, ESIA a dépassé les réseaux informatiques pour se porter sur des secteurs très divers… « Ce sont nos rencontres qui nous ont amenés à envisager la supervision sous d’autres angles. La rencontre avec British Télécom nous a fait entrer dans le secteur hospitalier. Un grand brasseur belge nous a sollicités afin de superviser les sondes de fermentation qui assure sa production, le parc d’attractions Pairi Daiza utilise au quotidien notre solution ESIA Enterprise. A présent nous nouons des partenariats avec des distributeurs étrangers afin d’exporter notre savoir-faire »

ESIA face aux grands constructeurs
Le secteur de la supervision est essentiellement dominé par les grands constructeurs, pourtant ESIA est seule à proposer une solution de gestion des réseaux informatiques qui soient compatibles avec tous les constructeurs ! «La configuration des matériels que nous surveillons demande de connaitre les langages de chaque constructeur. Afin d’aider nos utilisateurs, nous avons développé un langage unique et commun à tous les constructeurs l’USL (Unified Switching Language), une sorte d’espéranto informatique permettant de faire parler les matériels entre eux, alors qu’ils ne parlent pas la même langue.»

Cela n’a pas été simple, mais
A la création en 2011 seules les idées et une bonne dose de volontés constituaient le cash-flow de la jeune entreprise, heureusement la rencontre avec le WSL a tout changé. « Nous avons mené notre R&D sur fond propre durant presque trois années, nous achetions du matériel d’occasion sur internet, le tout arrosé de débrouille et de bonnes rencontres. »
Bien que ce fût difficile dans les premiers temps, toutes les présentations effectuées lors de nos rendez-vous ont été faites sur du vrai matériel, afin de démontrer en direct les capacités et compétences de l’entreprise.

Aujourd’hui et demain
ESIA évolue dans un secteur peu connu du grand public, il est encore moins évident pour ses interlocuteurs de savoir qu’une startup liégeoise est active dans ce secteur. « Nous sommes très bien reçus lors de nos rencontres, la plupart de nos interlocuteurs sont étonnés de voir une entreprise wallonne éditrice de solutions de surveillance réseau, le secteur est en effet dominé par les entreprises anglo-saxonnes. »

Un avant et un après
ESIA, startup innovante fut intégrée au WSL, un accélérateur pour cette jeune entreprise. Meusinvest participe également à cette aventure. « Nous avions de bons résultats et les contacts prometteurs arrivaient, pourtant il y a eu un avant et un après WSL. Notre entrée dans le WSL est un tournant et peut-être le véritable démarrage pour ESIA. Nous avons structuré et professionnalisé notre activité, l’entrée de Meusinvest dans notre capital est également une étape importante. »


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑